ICI, LÀ ET AILLEURS

ICI, LÀ ET AILLEURS

CHARLES D'ORLÉANS LE PRINCE DES POETES


 

C'est un peu ma madeleine de Proust, un rondeau apprit

sur les bancs de l'école  me fit aimer passionnémenT

la poésie à tout jamais !

 

Le temps a laissié son manteau 
De vent, de froidure et de pluye, 
Et s'est vestu de brouderie, 
De soleil luyant, cler et beau.

Il n'y a beste, ne oyseau,
Qu'en son jargon ne chante ou crie
Le temps a laissié son manteau
De vent, de froidure et de pluye.

Riviere, fontaine et ruisseau 
Portent, en livree jolie, 
Gouttes d'argent, d'orfaverie ;
Chascun s'abille de nouveau 
Le temps a laissié son manteau. 

 

L'auteur est un prince, il a pour nom Charles d'Orléans il est né à Paris à l'hôtel royal Saint-Pol le 24 novembre 1394, son père Louis 1er d’Orléans prince de la maison capétienne de Valois et frère du roi Charles VI.

 

432px-Louis_Ier_d'Orléans.jpg 450px-Valentine_de_Milan.JPG

Le papa et la maman

 

Un grand séducteur qui mène grand train de vie. Sa mère, Valentine Visconti issue d’une grande lignée italienne adore les arts et transmettra cette passion à ces enfants dont Charles est l'aîné d'une fratrie de quatre  gamins, Philippe d’Orléans 1396-1420, Jean d’Orléans 1400-1467 et Marguerite d’Orléans 1406-1466, qui sera la grand-mère de la duchesse Anne de Bretagne. La famille quittera Paris pour vivre dans des domaines comme celui de Blois.

 

Qui se pourroit d'elle lasser ?
Tousjours sa beauté renouvelle,
Dieu, qu'il la fait bon regarder,
La gracieuse, bonne et belle !

 

Charles est un enfant attachant, un grand rêveur dans une époque tourmentée, faite de guerres, d’assassinats et de complots. Son enfance princière est traversée par des rivalités et des enlèvements. Son frère Jean sera captif en Angleterre pour une sombre histoire de règlements de compte entre branches rivales.

 

250px-Charles_Ier_d'Orle%u0301ans.jpg  Isabela_richard2.jpg
Charles et sa cousine Isabelle

 

Comme beaucoup de princes, on le marie très jeune à 12 ans à sa cousine germaine Isabelle de France, fille du roi Charles VI, âgée de 17 ans et déjà veuve de Richard II d’Angleterre. Manque de bol, 3 ans après elle meurt en couche comme on dit en donnant le jour à une mouflette. Finit l'enfance, bonjour l'adolescence  faite de malheurs avec l’assassinat  de son père par le fameux Jean sans Peur, duc de Bourgogne en 1407, Charles n'a pas encore 14 ans. 

Étant l’ainé, il hérite d’une belle part avec les comtés de Valois et de Blois qui vont faire de lui le chef de la maison d'Orléans avec tout les agréments et désagréments de la charge bien lourde pour un ado de 14 ans ! Il doit s'occuper d'un immense domaine, surtout défendre l'honneur de son nom et partir en guerre dans une guerre qui n'en finit pas, la fameuse de 100 ans !

 

423px-Guyenne_1330.svg.png  220px-Assassinat_louis_orleans.jpg

 L'assassinat du père et la carte du royaume de France

 

Un an plus tard, Valentine sa mère, meurt à Blois en 1408, il n'a que 14 ans et bingo le pactole tombe de nouveau, mazette rien que le comté d’Asti et quelques lopins de terres en Lombardie.

 

De pensees son chapperon
A brodé le povre cueur mien ;
Tout droit de devers lui je vien,
Et ma baillé ceste chançon :
J'ayme qui m'ayme, autrement non.

 

Comme on ne reste pas longtemps veuf chez les princes, à 16 ans il convole en justes noces avec Bonne d’Armagnac qui lui apporte une sacrée dot mais aussi une super alliance entre sa maison, celle d'Orléans et celle de sa moitié permettant avec l'appui d'autres comtes et ducs d'affronter le tout puissant duc de Bourgogne l'assassin de son père.

 

Charles_of_Orleans_&_Bonne_of_Armagnac_Marriage.jpg 429px-King_Henry_V_from_NPG.jpg
Le mariage de Charles avec Bonne  - Henri V

 

En 1415, les caisses sont pleines et la guerre contre notre voisin Henri V peut reprendre ! Pas culotté le mec, il est parvenu à se faire reconnaitre comme héritier du trône de France, encore un tour de passe-passe et une guerre qui n'en finit pas !

Charles a 19 ans et n'est pas fait pour guerroyer mais il marche quand même à la tête des armées royales. Un désastre, une armée composée de la crème de la chevalerie française qui se fait battre par une armée anglaise en nombre bien inférieur, l’armée française en prend une sacrée déculottée ! c'est la débacle d'Azincourt, 1415, cent ans avant Marignan, dix mille morts, plus de mille chevaliers faits prisonniers et Charles blessé griévement.

 

Azincourt vu par Sir Gilbert 1884.jpg

Azincourt vu par sir Gilbert 1884

 

Il est fait prisonnier, les  englishs l’embarquent chez eux et demandent une rançon en échange de sa liberté. Que nenni, le pauvre bougre ne trouve personne pour la payer. Bonne, son épouse est passée de vie à trépas vite fait, le beau-père a été trucidé, le frère cadet Jean d’Orléans toujours otage des Anglais, qu'il retrouvera  au gré de ses captivités.

 

Azincourt.jpg

 

Son frère Philippe va s’occuper de ses affaires et tenter de régler la querelle dont dépend la captivité de Charles. Manque de bol il décède brutalement à 24 ans. Son fils naturel, Philippe bâtard de Vertus est embauché par son frère Charles au retour de sa captivité et nommé gouverneur de Blois.

 

jean d'angoulème frère de charles.JPG   396px-Joan_of_arc_miniature_graded.jpg
Jean le frère et Jeanne la pucelle

 

C’est son demi-frère Jean, fils illégitime de son père qui va négocier tant bien que mal sa libération. Personne pour défendre son duché, Orléans est assiégé alors qu’il aurait été plus simple de demander à Charles les clés de la ville mais Jeanne la Pucelle n’est pas loin et va mettre fin au siège.

 

J'ay fait l'obseque de ma dame 
Dedens le moustier amoureux, 
Et le service pour son ame 
A chanté Penser doloreux. 
Mains cierges de soupirs piteux 
Ont esté en son luminaire ; 
Aussi j'ay fait la tombe faire 
De regrez, tous de larmes pains, 
Et tout entour moult richement 
Est escript : Cy gist vrayement 
Le tresor de tous biens mondains.
  

 

Il ne faut pas imaginer que sa captivité ce soit passée dans une geole ! durant ces 25 ans il a vécu dans différents châteaux de la noblesse anglaise sous bonne garde mais en ayant quand même une certaine latitude de mouvements.

 

emprisonnement tour de londres.JPGEmprisonnement dans la tour de Londres

 

Il a aussi retrouvé son frère Jean et ensemble ils vont tous deux participer à la promotion des lettres françaises, Jean est aussi écrivain mais moins célèbre que son aîné. Charles va aussi tomber amoureux de deux ladies et leur dédiera des rondeaux à tout va ! 

 

Saint Valentin choisissent ceste annee 
Ceulx et celles de l'amoureux party. 
Seul me tendray, de confort desgarny, 
Sur le dur lit d'ennuieuse pensee. 

 

Ce sont huit nobles qui tour à tour en eurent la garde. Ce sont des hommes raffinés, faisant partie pour certains de cercles de lettrés échangeant des livres et en traduisant certains poémes, rondeaux et ballades de Charles.

 

 

charles.jpgCharles en captivité

 

Il va aussi se rendre à Londres ou il va fréquenter assidument les bibliothèques des francsicains, des chartreux et des clunisiens riches en documents de toutes sortes. Charles va souvent leur emprunter des ouvrages qu’il va recopier et parfois ne pas rendre comme le manuscrit des poésies de Hovedern aujourd’hui à la BNF. Mais il prête aussi quelques uns de ses manuscrits peu connu en Angleterre.

 

Je n'ay plus soif, tairie est la fontaine ;
Bien eschauffé, sans le feu amoureux ;
Je voy bien cler, ja ne fault qu'on me maine ;
Folie et Sens me gouvernent tous deux ;
En Nonchaloir resveille sommeilleux ;
C'est de mon fait une chose meslee,
Ne bien, ne mal, d'aventure menee.

 

C’est dans cette atmosphère qu’il va s’intéresser à l’étude, découvrir des auteurs anglais et approfondir sa vocation de poète, mais aussi écrire la plus grande partie de son œuvre en français mais aussi en anglais.

 

 Marie-decleves.jpg  433px-CoA_Dukes_of_Orle%u0301ans_(Chivalric).svg.png

Marie de Clèves et les armoiries de la maison d'Orléans

 

Il est enfin libéré en 1440 contre une sacrée rançon de 220 000 écus qui est une partie de la dote de sa troisième bergère ! On est le 5 novembre,  Louis a 46 ans et convole avec une jeunette de 14 ans Marie de Clèves qui comble de malchance est la petite fille du meurtrier de son papa ! 

Il rentre pas sans rien, vingt-neuf manuscrits légués par Richard Fleming l’un des fondateurs de l’université d’Oxford va enrichir sa librairie au château de Blois ou il va entreprendre de grandes rénovations afin de le rendre plus habitable pour sa jeune épouse.

 

Chateau_Royal_de_Blois_-_D-_Lepissier_12_.jpg

 

Il fait abattre une partie de la vieille forteresse et fait construire un bâtiment plus décent que ces murs sombres aux petites ouvertures.

 

Le premier jour du mois de mai,
De vert sombre, hélas, et de brun
J’ai trouvé mon cœur vêtu,
Dieu sait en quelle triste tenue !


Les appartements de Charles se trouvent dans la Tour de la trésorerie au troisième étage, (disparue lorsque François Ier va entreprendre des grands travaux) sa librairie comme on la dénomme à l’époque lui est très importante, il en prend grand soin. Au départ elle était dans sa chambre, une grande armoire à trois étagères près de son lit et situé entre les deux fenêtre de la pièce. Les clefs sont confiées à son secrétaire le sire de Beaugency. Sur les rayonnages 91 livres très précieux aux magnifiques enluminures. Quelques années plus tard, la librairie s’étant étoffée, elle prend place dans une pièce au deuxième étage.

 

la tour de Foix.jpg plan du chateau.png
salle des etes.JPG Chateau_Royal_de_Blois_-_D-_Lepissier_386_.jpg

La tour de Foix, la salle seigneuriale 

 
 
De cette époque il ne reste que la salle seigneuriale, la fameuse salle des États et la tour du Foix. C’est l’une des  plus grandes salles gothiques conservées en France avec ses 30 mètres de long.

Charles va enfin couler des jours heureux entouré d’artistes et de lettrés dans sa bicoque de Blois ! 

Tout ce beau monde s’affronte en des joutes poétiques, on y concourt à des œuvres collectives, on déclame sa prose et parmi ces artistes se trouve le fameux François Villon. 

Vite les deux compères sont sur le même terrain dans pas mal de domaines.

 

Au puits profond de ma mélancolie,
L’eau d’Espoir que je ne cesse de tirer,
Soif de Réconfort me la fait désirer,
Bien que souvent je la trouve tarie.

Propre je la vois, un moment, éclaircie,
Pour ensuite se troubler et empirer,
Au puits profond de ma mélancolie, 
L’eau d’Espoir que je ne cesse de tirer.

J’en détrempe mon encre quand j’écris,
Mais pour mon cœur fâcher,
Fortune vient déchirer mon papier 
Et jette tout, comble de félonie,
Au puits profond de ma mélancolie.

 

Tous les deux savent ce qu’est la captivité mais pas de la même manière, leurs geoles ne se ressemblaient pas mais les deux bonshommes ont tous les deux le goût du vers. Durant son séjour à Blois, six mois en 1458, Villon va participer à la fameuse "Ballade des contradictions", dix ballades composées par des poétes avec un seul impératif débuter la ballade par ce vers de Charles :“Je meurs de soif auprès de la fontaine” premier exercice de style avec un oxymore à pas piquer des vers !

 

Francois_Villon_1489.jpg 0286bd351bc393e663d9db02b297e475fcfef805_200x436_Q75.jpeg
François Villon et un trouvère
 

En 1447, Il part dare dare en Italie récupérer son comté d’Asti et rentre soulagé dans son château de Blois de ne pas tout avoir perdu. Dix ans plus tard, à 63 ans sa bourgeoise donne enfin le jour à un héritier, le futur Louis XII. Ouf la lignée est assurée. 

De nouveau, il n’est jamais trop tard pour faire des marmots, une fille, Anne d’Orléans, nait en 1464.

 

450px-Louis-xii-roi-de-france.jpg  399px-Louis_XII_chateau_de_Blois.JPG
Louis XII et sa statue équestre au château de Blois

 

En 1465 sur le chemin du retour d’une assemblée des princes du Sang à Poitiers il meurt à Amboise le 5 janvier dans sa soixante et onzième année. C’est à l’église du Saint-Sauveur à Blois qu’il est inhumé.

 Que dire de cette œuvre foisonnante et digne héritière de l'amour courtois des troubadours de son temps ?

Fait curieux, on ne trouve aucun texte sur la mort de sa mère ou de son père. Ses premiers poèmes évoquent plutôt la nostalgie et la paix dont il a tant besoin. Pour lui la poésie est un divertissement, une ode à la vie de la cour au raffinement incontestable. C'est un style élégant faisant hommage aux saisons, aux amoureux pour ensuite laisser apparaître une sorte de fatalisme et de détachement.

 

6a015433b54391970c017d3cfb3014970c-800wi.jpg

 

Sa ballade 76, "Une prière pour la paix" (celle de la guerre de Cent ans) sera mise en musique par Francis Poulenc et Henri Matisse ilustrera un recueil de ses poémes, lesquels six cents ans après leur création sont encore d’actualité !  

 

<iframe width="560" height="315" src="//www.youtube.com/embed/wprzbDEQbuc" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>


18/02/2014
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres