ICI, LÀ ET AILLEURS

ICI, LÀ ET AILLEURS

PARIS - MUSÉES - Musée Cernuschi

LE MUSÉE CERNUSCHI C'EST D'ABORD L'HISTOIRE D'UN ITALIEN DEVENU FRANÇAIS ET GRAND COLLECTIONNEUR D'ART ASIATIQUE.

 

  

 

Henri Cernuschi après avoir libéré Milan et devenu indésirable dans son pays se réfugie en France ou après de difficiles débuts il devient un économiste et un financier réputé et consulté. Républicain convaincu il fait l'acquisition du  journal Le siècle. Expulsé en Suisse il revient en France après la chute de l’Empire pour acclamer la 3e République et devenir français par sa naturalisation.

 

   

 

En 1871, après les événements tragiques de la Commune, ras le bol des révolutions,  il part faire un tour du monde en compagnie du critique d’art Théodore Duret. Le voyage durera deux années. Pendant ce long périple surtout en Chine et au Japon et sur les conseils de Théodore il achète des milliers d’œuvres d’art qui à son retour seront exposés au Palais de l’industrie, à l’exposition orientaliste de 1873-1874 faisant découvrir aux européens un art précieux et raffiné qu'ils ignoraient.

 

   

 

C’est un ensemble exceptionnel, composé  de bronzes, de sculptures de bois, de mobiliers funéraires, de terres cuites et de jade. Dans cette collection se trouve deux pièces importantes, une, chinoise,  en bronze de la période Shang “La tigresse”  et l’autre, japonaise, sculpture monumentale, le Buddha de Meguro (quartier de Tokyo) un bronze japonais du 18e siècle.

Outre sa passion pour l’art, Cernuschi fut le fondateur de notre actuel Paribas et comme tous les banquiers il amassa une fortune considérable !

Mais ou mettre cette immense collection ? Cernuschi veut vivre au quotidien comme tout collectionneur entouré de ses petits. C’est l’époque ou les frères Péreire urbanisent la plaine Monceau et tout naturellement Cernuschi se porte acquéreur de la dernière parcelle, ouf, ses enfants seront logés dignement !

 

Pour construire son hôtel, il fait appel à l’architecte William Bouwens qui applique non pas le style de l’époque mais plutôt un néoclassicisme identique aux bâtiments de son Italie natale. 

Quelques trucs à savoir pour ne pas mourir idiot.

Je me suis posé la question, pourquoi sur les battants de la porte figurent “Février” et “Septembre” ? la réponse, ce sont les dates des deux révolutions celles de 1848 et 1870 qui fit de la France une république. Sur la façade des médaillons d’Aristote et de Vinci que Cernuschi admirait profondément.

 

 

L’intérieur à l’époque était bien sûr bourré de toutes ces divinités qu’il avait ramené de ses voyages. Le décor était parait-il lugubre à souhait. Mais cela ne l’empêchait pas de donner de somptueuses fêtes et des bals masqués courus par le Tout-Paris.

 

 

 

La grande salle donnant sur le parc Monceau et abritant le grand Buddha est décorée au plafond de plaques indiquant les grandes étapes de son voyage en Chine et au Japon.

Cernuschi, sans progéniture,  lègue le tout à la ville de Paris en 1896. Le musée devient ainsi le second en France d’art asiatique après Guimet et le cinquième d’Europe pour sa collection d’art chinois.

 

 

Le musée a été profondément remanié en 2005 afin de permettre aux expositions temporaires au res-de-chaussée un espace agrandit. La collection permanente au premier étage répond à une scénographie très aboutit dans la présentation des œuvres.

Un endroit calme et apaisant loin des tours operators muséums. On se balade, on médite, on passe un doigt sur le Buddha, on admire avec les yeux et le cœur. 

 

 

 

 

 

 

Du néolithique en passant par les Shang et les Zhou sans oublier les fameux Tang pour arriver aux Ming et plus près de nous les Qing vous saurez tout sur la Chine. 

Pour le Japon ce seront les arts décoratifs et graphiques avec des fragments de paravents et des estampes en tout genre. surtout on n'oublie pas  le grand Buddha !

 

 

 

Les collections coréennes sont riches en bronzes et en terres cuites quant à celles du Vietnam des objets de terres cuites et de grès s’échelonnant de la préhistoire aux célèbres dynasties des Ly et des Trân 11e et 14e siècles.

Les deux dragons de l'entrée ne vous mordront pas !

 

 

 

 

L’accueil est charmant et discret. Le musée est gratuit pour la collection permanente.

La visite est terminée, n'oubliez pas la guide. Merci et bonne journée.

 

 

7, avenue Vélasquez, Parc Monceau-bd Malesherbes, 75008 Paris - Tél. 01 53 96 21 72 

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h. Entrée gratuite pour les collections permanentes.

Fermé les lundis et les jours fériés. 

 



23/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres