ICI, LÀ ET AILLEURS

ICI, LÀ ET AILLEURS

AMIENS - Marott'street à la manière tournage de film

Cela pourrait être un décor à la Hopper, les ingrédients y sont mais ici on est loin des grandes vitres ouvertes sur la nuit américaine.

 

 Photos-0017.jpg

 

Pourtant nous avons un grand bar avec un barman agitant un shaker, une salle de taille moyenne au mobilier très contemporain, une dame seule assise dans un petit fauteuil et dehors la nuit du nord.

 
Moteur tournez !

 

Parlons du décor, c’est un mélange de bois, de métal, de mosaïque, de verre. L’architecte Emile Riquier l’avait conçu pour un riche assureur (mais les assureurs sont tous riches) en 1892 dans le style de son maître le grand Eiffel. 
Une belle coupole en vitrail, des inscriptions en mosaïques tout autour du genre “Explosions” “Rentes viagères” et une coursive aux placards pleins de souvenirs du malheur des autres.

 

 

 Photos-0015.jpg Photos-0023.jpg


La dame attend, on le voit à sa manière d’être assise et de jeter des regards discrets aux 5 pendules accrochées au-dessus du bar. Embarquement immédiat pour New-York, Los Angeles, Tokyo, Moscou et bien sûr Paris, mais a-t-elle envie de partir ?
Le barman agite toujours son shaker. 
Soudain une musique prend possession du lieu. Le saxe de Lester Young s’élève en accords magiques et derrière lui la voix de Billie Holliday susurre mélodieusement.
La dame, brusquement s’est immobilisée en fermant ses yeux, l’attente attendra. Elle goûte ce moment unique ou la musique envahit le corps et l’esprit.

 

Photos-0020.jpg Photos-0022.jpg

Enfin le barman à fini de jouer sa mélopée shakerienne et s’approche de la dame avec un énorme verre ballon remplit d’une glace pilée aux reflets de soleil délavé.
La dame, lentement, prend possession du verre, le porte à ses lèvres carmin et le divin nectar suit son chemin.
La musique emplit l’endroit, le barman à regagné son bar et la dame est dans l’attente d’une improbable attente.
Sa main va du verre à sa bouche et ses yeux des horloges à la porte.
Soudain avec une voix de soprano mezzo la dame s’adresse au barman : “délicieusement dosé votre Margharita”, d’un petit signe de la main le barman remercie.
De nouveau l’attente, mais le verre dans la main, elle est plus légère. Les yeux vont toujours inspecter les pendules, le verre doucement se vide, et une autre mélodie a pris la suite, toujours le duo magique du Pres et de la Lady.

Soudain, dans l’encadrement de la porte, une silhouette, un homme apparaît.
Un homme grand à la belle chevelure argentée, élégant dans sa dégaine d’homme mûr.
La femme lève les yeux, leurs regards se croisent, l’amour vient d’entrer.
L’homme s’approche, la dame se lève, leurs lèvres dans un léger baiser s’effleurent et l’homme d’une belle voix de baryton dans la direction du barman lance “la même chose que madame”.
Le temps reprend son parcours, les choses sont à leur place. 
Edward tu as de la concurrence. 
Stop, arrêt sur image.
"Moteur, coupez. 

Demain même heure".

 

1, rue Marotte 80000 Amiens - Tél. 03 22 91 14 93

 


11/09/2015
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres