ICI, LÀ ET AILLEURS

ICI, LÀ ET AILLEURS

PARIS 9e - Café Guitry

Un café-restaurant dans un théâtre,
un théâtre dans un restaurant-café, chut, un lieu hors des sentiers battus, ne pas trop le crier à la cantonade !

Café guitry 1.png

 

Comme l’homme était un gourmet passionné de belles femmes et de nourritures terrestres, c’est tout naturellement que dans les foyers du théâtre un café-restaurant porte le nom du plus illustre auteur de théâtre du 20e siècle.

 

La salle.png

 

Moi j’adore l’endroit aussi bien l’été que l’hiver.
Un lieu chic qui balance adroitement entre le baroque et le bistrot avec ses beaux lustres en cristal, ses affiches du temps du beau Sacha, ses tables espacées et surtout sa carte qui tous les mois change de décor.
Le chef, Franck Ribou passionné et passionnant nous donne des cuissons maîtrisées tant le poisson que la viande.
La carte est courte, on sait où l’on va et les assiettes sont légères et bigrement sérieuses.

 

 

A-la-carte-266.jpg  039.jpg

 

Lever de rideau en hiver, si le plat du jour ne me convient pas, sur un moëlleux risotto carnaroli aux morilles, crémeux à souhait, sans aucun apport autre que ce fameux riz cuit avec un bouillon tenu secret, un délice, l'été, c'est plutôt un dos de cabillaud rôti avec encore un risotto mais là d'épeautre au léger goût acidulé, bien épais et cuit pil poil je dirais même pil écaille ! Je regrette beaucoup le plat fétiche de l'ancien cuisinier “la pluma” un morceau de cochon bien moelleux, juste clic clac sur le piano, une petite purée mousseline vraie de vraie.
Monsieur, lui c’est son sempiternel tartare de bœuf haché devant lui, il adore, “et vous m’ajouter un peu plus de tabasco, pas trop d’oignons, un filet d’huile s’il vous plaît”, de délicieuses petites pommes de terre – je les ai déjà goutées –, pour le dessert c’est souvent la crème brûlée à la vanille  mais on peut faire exception aux beaux jours avec de délicieux fruits exotiques accompagnés d'une tuile au carambar pour retrouver le goût du chemin de l'école.
Monsieur lui ne varie jamais, moëlleux au chocolat, sauce chocolat,  été comme hiver ! Il faut dire que c’est suprêmement bon ! les papilles frémissent !

 

 

_MG_3229.jpg

 

Le soir pas de formule, à la carte il faut compter de 45 à 65 euros suivant le vin issu de petits propriétaires qui savent donner le meilleur de leurs grappes !
Aux beaux jours, avec Momo nous y venons faire la pause sur la terrasse. Bien loin de la rumeur environnante et au soleil s’il vous plaît.

 

Rerrasse.png

 

Moi j’y passerai bien l’aprés-midi, mais Momo avec son éternel shopping, il faut faire fissa !
Une formule à 31 euros, un plat et dessert c'est parfait pour tenir le coup jusqu’au soir, service rapide mais sans précipitation, attentif mais pas pénible.
Le soir, c’est plutôt à l’intérieur pour entendre fuser les “chéri chéri” de tout ce monde du théâtre qui adore s’embrasser, s’interpeller.
Le temps d’un dîner et l’on se la joue sur les planches.
Un sans faute et un relevé de rideau comme il se doit !

 


07/03/2016
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres