ICI, LÀ ET AILLEURS

ICI, LÀ ET AILLEURS

CAMBODGE - Deux jours à Kho Ru

On embarque un beau matin à Sihanoukville non pas pour Cythère mais pour Kho Ru, une des minuscules îles d'un collier d'émeraudes posé sur un coussin de velours  turquoise.

 

 

Une heure pour atteindre le paradis et en chemin baignade avec les poissons bigarrés qui s'amusent de votre étonnement à vous frôler dans une chorégraphie en cinémascope.

 

Carrément un moteur de bagnole pour faire marcher le bateau !

 

Nous croisons des pêcheurs sur leurs barques colorées remontant des filets pleins à craquer de poissons inconnus, ici pour le moment pas de pêche industrielle, on est loin de tout mais peut-être pas pour longtemps car quelques îles ont été cédées pour 99 ans à des investisseurs pour y implanter des complexes touristiques haut de gamme.

Fini la vie de Robinson, bonjour l'électricité, les routes et les voitures !

On approche de notre paradis, un écrin de verdure tropicale frangé par une plage de sable, bref l'éden!

 

 

Une fois débarqué, le désenchantement, comme partout au Cambodge et ailleurs en Asie de l'Est,les déchets de toutes sortes jonchent ce qui aurait pu être une plage de rêve ! Quant à être Robinson autant se la jouer complète ! un petit chemin à travers la jungle nous emmène de l'autre côté de l'île ou se trouve quelques bungalows et paillotes et un semblant de civilisation. Prise de possession du bugalow ou je vais passer la nuit. Confort spartiate, la douche est dehors mais le lit est confortable ! rapidement installée retour sur la plage. Quelques chaises longues que l'on s'empresse de nous louer un dollar. Vite je me déleste de mes vêtements et direction l'eau !

 

 

Quelques bateaux sont là comme nous mais cela reste tranquille. Nous repartirons demain soir laissant l'île à ses origines de paradis terrestre. 

Un délice que de nager pour moi bretonne d'adoption dans une eau à 30° d'une limpidité cristalline. Là, toujours des petits poissons qui s'amusent à vous faire des frayeurs. Attention aussi aux coraux qui peuvent vous égratignent méchamment.

En vignette une termitière rencontrée en chemin.

 

Déjeuner barbecue au vrai sens du mot avec du poisson frais pêché, un régal dont mes papilles se souviendront.

 

Des fruits pour dessert mais pas n'importe quoi, mangues parfumées et fondantes, ananas juteux, fruits du dragon à la douceur indéfinissable et délicieuses petites bananes comme depuis le début de mon séjour.

 

 

Après un tel déjeuner la sieste s'impose dans les transats à l'ombre fraiche des palmiers et cocotiers. Je ne rêve pas, je suis sur mon île au soleil ! 

 

 

 

Belle plage au doux sable avec un curieux Arbres aux chaussures, des coquillages un peu partout, mais aussi des sacs plastiques, y a qu'à se baisser pour emporter des souvenirs ou faire le ménage !

 

 

Beaucoup de d'jeuns venus de tous les horizons pour jouer au sauvage y ont pris leurs quartiers d'hiver. L'ambiance est cool et l'herbe interdite c'est le panneau dans le bar qui le dit !

 

 

la soirée se passe dans la grande case centrale qui fait office de bar et de restaurant. Dîner au son de quelques guitares, dans l'assiette, du poisson excellent et toujours ma bière habituelle, quelques français et belges avec lesquels nous refaisons le monde, un peu d'herbe discrètement circule. La nuit fut calme et des rêves heureux ont peuplés mon sommeil. Petit déj devant la plage, la musique de la mer comme fond sonore. Rebaignade et encore farniente avec un excellent bouquin. Promenade sur l'île, le tour est vite fait. Le soleil se couche tôt, aussi vers 17h retour vers la civilisation après avoir joué à l'exploratrice sur ce  bout de terre sauvage qui ne le restera plus pour longtemps.



11/09/2015
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres